Protéine anti-âge : une nouvelle piste pour empêcher le vieillissement de la peau

par | Déc 21, 2023 | Senior | 0 commentaires

Anti-âge : la piste d’une protéine pour empêcher la peau de vieillir

Est-ce que les chercheurs sont en train de découvrir le secret de l’éternelle jeunesse ? Ils n’en sont pas encore là. Cependant, ils contribuent chaque jour à une meilleure compréhension des mécanismes du vieillissement de la peau. Cette connaissance accrue permet le développement de traitements et de produits cosmétiques de plus en plus performants. Une étude récente, publiée par les professeurs Ganna Bilousova et James DeGregori de l’Université du Colorado (États-Unis), expose le potentiel d’une protéine, la « COL17A1. Cette dernière aurait un rôle prépondérant dans le développement de l’épiderme.

Des travaux de recherche effectués à l’Université de médecine de Tokyo (Japon) ont mis en lumière que cette protéine favorise un phénomène dénommé compétition cellulaire. Il s’agit d’un processus permettant aux cellules les plus robustes de dominer les plus faibles. Cependant, avec l’avancée en âge, l’exposition aux rayons UV, ou les différentes agressions que subit la peau, cette protéine se fait de plus en plus rare dans l’organisme. Les cellules plus faibles prennent alors le dessus. La peau devient plus mince, plus délicate, et met davantage de temps à guérir.

Comment éviter la diminution de la COL17A1 ?

Les chercheurs ont réalisé leurs expérimentations sur des queues de souris, car ces dernières présentent des similitudes avec l’épiderme humain. Après avoir démontré l’importance de la COL17A1, ils ont cherché à trouver un moyen de la stimuler. L’objectif ? Prévenir sa diminution, et donc, théoriquement, ralentir la dégradation de la peau. Ils ont finalement réussi à identifier deux composés chimiques, le Y27632 et l’apocynine, qui ont permis de stimuler à nouveau l’expression de la protéine. Et ainsi, d’améliorer de façon concluante la capacité des cellules souches de la peau à se régénérer.

Lire aussi :  Playlists personnalisées basées sur votre ADN

« Les deux produits chimiques améliorent la cicatrisation des plaies dans la peau de la queue de souris, fournissant une démonstration de principe du potentiel thérapeutique de cette nouvelle classe de médicaments », notent les chercheurs dans leur étude. Jusqu’à présent, le mécanisme de la compétition cellulaire avait principalement été étudié chez les mouches. « D’autres études sont nécessaires pour déterminer les mécanismes de la concurrence cellulaire dans d’autres tissus, et pour identifier des composés capables d’inverser le vieillissement dans d’autres organes », concluent-ils.

À lire aussi :

Les meilleures vitamines antirides
Anti-âge : les bons réflexes pour faire 10 ans moins

alain-barru
Marion Berge

Auteur

Diplômée d'une école reconnue d'ostéopathie, Marion Berge est une praticienne chevronnée qui allie une connaissance approfondie de la médecine ostéopathique à une passion inébranlable pour le bien-être de ses patients. Avec plusieurs années d'expérience, Marion a développé une approche holistique de l'ostéopathie, s'intéressant non seulement aux symptômes physiques mais aussi aux facteurs émotionnels et environnementaux qui peuvent affecter la santé globale.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *